top of page
  • Photo du rédacteurGate 7

3 questions à Simon Dreschel, Président du Directoire de l'aéroport de Bordeaux


Paris le 6 mars 2023 - L'Aéroport de Bordeaux présentait jeudi 2 mars son programme des vols printemps-été 2023 et annonçait de nouvelles lignes et compagnies. Gate 7 a rencontré Simon Dreschel, Président du directoire de la SA Aéroport de Bordeaux-Mérignac pour faire le point sur l’offre de la saison d’été.



Comment s'annonce la saison d'été 2023 pour l'Aéroport de Bordeaux et quelles sont les grandes lignes du programme d'été ?

Nous sommes encore dans une phase de reconstruction de notre réseau afin de mieux répondre aux attentes des néo aquitains. Nous proposerons une centaine de destinations, principalement sur notre métier premier qui est la desserte de l’Europe. Sur les treize lignes que nous lançons, nous affichons un tropisme vers l’est en matière de nouveautés avec Copenhague mais aussi l’Allemagne avec Düsseldorf, Hambourg, Munich et Stuttgart. Par ailleurs, Lufthansa renforce Francfort et easyJet programme de nouveau Berlin. Nous sommes ravis de ce marché allemand qui s’ouvre et se développe. C’est un cas d’école intéressant pour nous car ce sont principalement des lignes à vocation économique. Elles offrent un marché porteur pour les entreprises de la région Aquitaine mais aussi pour les entreprises allemandes de la région. Enfin Transavia, nouvelle à Bordeaux, desservira Eindhoven aux Pays-Bas.


En ce qui concerne les lignes transversales en France, nous ouvrons Toulon avec easyJet qui complète les liaisons vers Lyon, Marseille et Nice, qui sont toutes des lignes ou le train n’est pas la solution la plus rapide et facile.


Plus au sud, la compagnie Nouvelair, une nouvelle compagnie à Bordeaux, propose une liaison avec Tunis et Djerba. Nous renforçons également l’offre vers l’Algérie et le Maroc.


Nous ne sommes pas encore au niveau de trafic de 2019, dernière année avant la COVID, et nous attendons à retrouver ce niveau en 2027. Il est d’ailleurs intéressant de noter que nous reconstruisons le trafic de manière différente dans le cadre d’un développement raisonné. Nous ne cherchons pas à développer le volume mais plus la qualité et à accueillir des lignes qui correspondent aux besoins du territoire. Pour 2023 nous pensons ’atteindre 6,4 millions de passagers.



Simon Dreschel Président du Directoire de l'Aéroport de Bordeaux



2/ Bordeaux est connecté à plusieurs Hubs pour les vols long-courriers mais ne propose aujourd'hui que deux destinations long courriers en direct avec Pointe-à-Pitre et Montréal.
Peut-on imaginer qu’à l'instar d'autres aéroports français que Bordeaux accueille plus de vols long courriers directs ?

Les lignes long-courriers ne sont pas celles qui font le plus gros volume de passagers mais nous intéressent car elles participent au rayonnement du territoire et de l’aéroport. Nous avons lancé une étude concernant les Etats-Unis et plus particulièrement New-York afin de bien cibler les besoins des entreprises. Nous avons actuellement des discussions en cours avec plusieurs compagnies américaines connues pour cette ligne mais le partenaire n’est à ce stade pas choisi. Il faut dire que le nom de Bordeaux est connu et parle au marché américain.



3/ Quelle est la répartition du trafic entre les compagnies Legacy et Low-cost ?

Actuellement le ratio est de soixante pour cent des compagnies low-cost et quarante pour cent pour les compagnies premium. Nous souhaitons maintenir ce niveau qui correspond bien à la variété de l’offre que doit apporter un aéroport régional. Aujourd’hui pour les compagnies low-costs easyJet arrive en tête, suivie de Volotea et Ryanair et pour les compagnies traditionnelles c’est bien sur Air France qui dessert son hub de Paris-CDG et Lyon Saint-Exupéry.


propos recueillis par Christophe Chouleur pour Gate7



תגובות


bottom of page