• Gate 7

Aéroport de Bordeaux : bilan 2020 et perspectives 2021


L'année 2020 : une période charnière pour l'aéroport


L’année 2020 marquée par la crise sanitaire se clôture avec des résultats tristement historiques pour le secteur de l’aérien. A l’heure du bilan, l’Aéroport de Bordeaux comptabilise 2,3 millions de passagers soit une baisse de trafic de 70,6% par rapport à 2019.


La plateforme aeéroportuaire a enregistré pas moins de 56 jours sans aucune exploitation de vols commerciaux de passagers.


Le trafic international très affecté


Logiquement, le trafic international est le plus touché avec un recul de 76,5% et 1.082.000 passagers enregistrés. Les grands hubs intercontinentaux subissent cette crise de plein fouet et affichent des faibles performances : Amsterdam (-67,4%), Barcelone (-85,2%), Lisbonne (-73,4%), Madrid (-78,5%), Zurich (-86%).

La desserte de Londres et de ses quatre aéroports desservis qui, l’année dernière, avaient totalisé un trafic de plus de 524.000 passagers s’est effondré de près de 81% (101.000 passagers) et ce, malgré l’ouverture par British Airways, dès l’été dernier, de son «hub» intercontinental de Heathrow.

Seules les liaisons régulières vers Charleroi, Genève, Bâle, Marrakech, Fès obtiennent des scores meilleurs que la moyenne.

Par ailleurs, quelques destinations purement touristiques comme Grenade, Fuerteventura, Mykonos, Porto, Prague, Tenerife ou Vienne sont en repli plus modéré.


Diminution du trafic domestique et arrêt de la Navette


Les vols domestiques ont été également limités mais dans une proportion moindre. Avec une attrition de « seulement » 61,9%, le trafic domestique a cumulé à 1.171.000 passagers repassant devant le trafic international ; ce n’avait plus été le cas depuis 2016.

Paris, première desserte de l’aéroport, finit l’année avec 400.150 passagers transportés en recul de 67% par rapport à 2019. Bien évidemment, l’impact de l’arrêt de La Navette Paris-Orly d’Air France (566.000 passagers en 2019), conséquence des aides accordées à la compagnie nationale ainsi que la suppression par Air France de sa desserte entre Bordeaux et Lille, marquent profondément les résultats de trafic de l’Aéroport de Bordeaux.

Toutefois, sur ce secteur des vols nationaux, les principales lignes comme celles de Lyon, Marseille, Nice et Strasbourg, évoluent dans une fourchette conforme à la tendance générale, entre -53% et -66%.


En outre, il est possible de noter quelques satisfactions au regard de cette conjoncture particulière, notamment sur la Corse, plébiscitée l’été dernier. L’ensemble des lignes desservant l’îlede beauté (Ajaccio, Bastia, Calvi, Figari) ne sont en recul que de 30% par rapport à 2019.

Après la fin du premier confinement, en mai dernier, puis à nouveau en fin d’année durant la période des fêtes, l’assouplissement des directives nationales a permis de retrouver un certain niveau d’activité. Ce sursaut, durant le pic de ces périodes, a permis d’exploiter près de 60% du réseau des liaisons de 2019 au départ de Bordeaux et constitue un excellent signal de la part des compagnies sur leur volonté de rouvrir rapidement leurs faisceaux de lignes lorsque les conditions épidémiques seront apaisées.

Si les aléas et les contraintes liés à cette crise ont limité fortement les dessertes aériennes, tant en nombre de lignes qu’en fréquences de vols, une gestion rigoureuse a néanmoins permis d’adapter trés rapidement la stratégie aéroportuaire et la réalisation de plusieurs projets portant sur les services, l’infrastructure et l’environnement.

L’année 2021 marquera sans aucun doute pour l’Aéroport de Bordeaux une période charnière de son histoire. L’objectif prioritaire est la relance des activités aériennes, en y associant un enjeu fort de sauvegarde des emplois et de soutien à l’économie régionale dans le respect de ses engagements en faveur de l’environnement et des exigences renforcées de sûreté et de sécurité aéroportuaires.


Evolution vers le low cost


EasyJet devient la première compagnie de la plateforme en nombre de passagers transportés (740.000) suivi par Air France/KLM (682.000), Ryanair (400.000) et Volotea (194.000).



Parmi les compagnies régulières, c’est Air Arabia qui a le mieux résisté, son trafic n’ayant chuté que de 38%, suivi de KLM avec sa desserte du « hub » d’Amsterdam (-62%) et Royal Air Maroc, notamment vers sa plate-forme de Casablanca (-63%).

Compte tenu de ce qui précède, le trafic de l’Aéroport de Bordeaux est devenu très largement « low cost » en 2020. La part des compagnies à bas coût a représenté 62% du trafic global de l’aéroport.

En nombre de mouvements d’avions, le bilan est à l’aune du trafic. Durant l’année 2020, 23.318mouvements commerciaux ont été enregistrés sur la plate-forme de Bordeaux-Mérignac, soit une diminution de 65,1%, par rapport aux 66.794 mouvements de 2019.

Néanmoins, certaines opérations aériennes d’aviation d’affaires ayant pallié le déficit des dessertes réguliéres et, parallèlement, l’activité des industriels ayant été relativement soutenue, le nombre total des mouvements de l’aéroport n’est en retrait que de 53,9%, soit 38.840 mouvements à comparer aux 84.331 mouvements totaux de 2019.


Les projets au cœur de la stratégie de maintien

En 2020, en dépit du contexte de crise, l'Aéroport de Bordeaux a poursuivi de nombreux projets.

Le Hall A

Le chantier de la future jetée internationale, a rapidement repris et est désormais dans sa dernière phase. Nommé « Satellite 3 », elle deviendra dès mi-2021 la première infrastructure de Haute Qualité Environnementale. La rénovation et l’extension de l’aire de stationnement Alpha qui la jouxte est achevée.

La sûreté

Au-delà des infrastructures, les projets seront également nombreux dans le domaine des enjeux régaliens de la sûreté. La mise en place d’équipements de reconnaissance biométrique « Parafe » aux postes de contrôles transfrontières, visant également à fluidifier le parcours des passagers, est opérationnelle depuis l’été. La refonte intégrale des systèmes et des équipements de videéo- protection de la plateforme et de surveillance « côté pistes » ont débuté en 2020.

L’environnement

Renouvellement de l’ISO 9001 pour la qualité et la satisfaction clients, obtention à la fin de l’année 2020 de l’ISO 14001 pour le management environnemental, études et diagnostics divers, début de la végétalisation des parcs autos, bornes pour véhicules électriques, poursuite du déploiement desystèmes moins énergivores... de multiples actions se sont poursuivies au cours de l’année pour labiodiversité et la transition énergétique.

Une attention particulière a été portée aux communes riveraines de l’aéroport tant dans les réunions d’élaboration du Schéma de Composition Général dont l’aboutissement est prévu courant 2021 que celles de la Commission Consultative de l’Environnement ou au travers d’un nouveau système desuivi des trajectoires des avions, de leur niveau de bruit avec retranscription sur le site internet del’aéroport (bordeaux.aeroport.fr).

Le plan de résilience et de reprise 2021-2023

En 2021, au-delà de la nécessaire continuité d’exploitation opérationnelle de la plateforme aéroportuaire, l’objectif prioritaire est la relance pérenne des activités avec l’enjeu fondamental de soutien à l'économie et de la sauvegarde des emplois. Il sera poursuivi dans le respect des engagements en faveur de l’environnement et d’une exigence renforcée pour la sécurité et la sûreté aéroportuaires.

Hall B

Des travaux de remplacement des façades monumentales du Hall B côté ville débuteront cette année. Outre la résolution technique et de sécurité indispensable à cette architecture datant de 1996, ils lui apporteront une amélioration en termes de performance énergétique tout en conservant sa signature esthétique.

Terminal billi

Si la dernière phase du programme initial de transformation du terminal a dû être gelée, il est mené une réflexion pour améliorer les conditions d’exploitation du terminal à bas coûts « billi » et l’adapter aux contraintes de distanciation qui pourraient demeurer tout en permettant le traitement de six vols simultanés. Pour ce faire, la capacité des salles de pré-embarquement sera étendue.

Desserte d’accès intermodal

Les travaux se poursuivront, dès janvier 2021, pour accueillir aux pieds du hall B la futurestation intermodale, et les voies d’insertion du tramway dont l’arrivée reste programmée pour 2022,avec également la mise en service du Technobus dans sa desserte définitive. Ces aménagements porteront sur les nouvelles voies de sortie du parc P0, les voies d’accès du bâtiment de la Direction de l’Aviation Civile du Sud-Ouest et le réaménagement nécessaire du parvis.


L’attractivité du 45ème Parallèle

Sur près de 7 hectares végétalisés et arborés en entrée de zone aéroportuaire, l’emblématique projet d'immobilier tertiaire « 45ème Parallèle », réalisé en concession avec Nexity, commencera à émerger plus visiblement cette année. Si les premiers éléments de gros oeuvre de l'hôtel sont déjà visibles, le projet va se poursuivre très rapidement par la sortie de terre du centre de conférences, puis du premier bâtiment de bureaux et enfin la construction du parking en silo dédié aux utilisateurs de ce parc.


Source : aéroport de Bordeaux