top of page
  • Photo du rédacteurGate 7

Bénéfice d'exploitation record de 5,2 milliards d'euros en 2022 pour Airbus.

Paris le 16 février 2023 - Airbus a publié ses résultats financiers consolidés pour l'exercice 2022 et a fourni des prévisions pour 2023. « L'industrie a poursuivi sa reprise en 2022, le trafic aérien augmentant et les compagnies aériennes se tournant vers la planification de leur flotte à long terme. Nous avons obtenu des résultats financiers solides malgré un environnement opérationnel défavorable qui a empêché notre chaîne d'approvisionnement de se rétablir au rythme prévu. La société a dû ajuster ses opérations en conséquence, ce qui a entraîné une baisse des livraisons d'avions commerciaux par rapport à ce qui était initialement prévu. Nous adaptons notre production à l'offre », a déclaré Guillaume Faury, président-directeur général d'Airbus. « Alors que nous avançons en 2023, nous nous concentrons sur nos activités industrielles et la transformation à plus long terme de l'entreprise. La solide performance financière de 2022 et notre confiance dans l'avenir nous conduisent à proposer un paiement de dividende plus élevé cette année.



Les commandes brutes d'avions commerciaux ont augmenté à 1 078 (2021 : 771 avions), avec des commandes nettes de 820 avions après annulations (2021 : 507 avions) correspondant à un ratio net de commandes sur facturation nettement supérieur à 1. Le carnet de commandes s'élevait à 7 239 avions commerciaux fin 2022. Airbus Helicopters a enregistré 362 commandes nettes (2021 : 414 unités), avec un ratio book-to-bill supérieur à 1 tant en unités qu'en valeur. Les commandes d'hélicoptères étaient bien réparties entre les programmes et comprenaient 12 H160. Les prises de commandes d'Airbus Defence and Space en valeur se sont élevées à 13,7 milliards d'euros (2021 : 13,7 milliards d'euros), ce qui correspond à un ratio book-to-bill d'environ 1,2. Les principales commandes comprenaient le démonstrateur phase 1B du futur système aérien de combat, le système aérien sans pilote Eurodrone et 20 Eurofighters de dernière génération pour l'armée de l'air espagnole. Les prises de commandes consolidées en valeur ont augmenté pour atteindre 82,5 milliards d'euros (2021 : 62,0 milliards d'euros) avec un carnet de commandes consolidé évalué à 449 milliards d'euros à fin 2022 (fin 2021 : 398 milliards d'euros). L'augmentation de la valeur du carnet de commandes consolidé reflète principalement le ratio book-to-bill supérieur à 1 et le renforcement du dollar américain.




Les revenus consolidés ont augmenté de 13 % pour atteindre 58,8 milliards d'euros (2021 : 52,1 milliards d'euros). Au total, 661(1) avions commerciaux ont été livrés (2021 : 611(2) avions), dont 53 A220, 516 de la famille A320, 32 A330 et 60 A350. Les revenus générés par les activités d'avions commerciaux d'Airbus ont augmenté de 15 % en glissement annuel, reflétant principalement la hausse des livraisons et le renforcement du dollar américain. Airbus Helicopters a livré 344 unités (2021 : 338 unités), avec des revenus en hausse de 8 %, reflétant principalement la croissance des services et un mix favorable dans les programmes. Les revenus d'Airbus Defence and Space ont augmenté de 11 %, principalement grâce à la hausse des volumes d'avions militaires et d'Eurodrone. Au total, 10 avions de transport A400M ont été livrés en 2022, contre 8 en 2021. EBIT ajusté consolidé - une mesure de performance alternative et un indicateur clé capturant la marge commerciale sous-jacente en excluant les charges ou bénéfices matériels causés par les mouvements de provisions liés aux programmes, les impacts de restructuration ou de change ainsi que les gains/pertes en capital résultant de la cession et de l'acquisition d'entreprises – porté à 5 627 millions d'euros (2021 : 4 865 millions d'euros). L'EBIT ajusté lié aux activités d'avions commerciaux d'Airbus a augmenté à 4 600 millions d'euros (2021 : 3 570 millions d'euros). L'augmentation reflète la hausse des livraisons et est soutenue par certains éléments non récurrents - principalement les impacts positifs des obligations de retraite et des progrès réalisés sur les sujets liés à la conformité - partiellement compensés par un taux de couverture moins favorable par rapport à l'exercice 2021. Sur le programme Famille A320, la trajectoire de montée en cadence a été adaptée avec les fournisseurs. La Société progresse désormais vers une cadence de production mensuelle de 65 appareils d'ici fin 2024 et 75 en 2026. La mise en service de l'A321XLR devrait intervenir au deuxième trimestre 2024. La cadence de production mensuelle de l'A330 est passée à environ 3 à fin 2022 comme prévu et la Société vise désormais à atteindre la cadence 4 en 2024. La cadence mensuelle de l'A350 est désormais d'environ 6 appareils. Afin de répondre à la demande croissante d'avions gros porteurs à mesure que le transport aérien international reprend, et suite à une étude de faisabilité avec la chaîne d'approvisionnement, la Société vise désormais une cadence de production mensuelle de 9 A350 à fin 2025.



L'EBIT ajusté d'Airbus Helicopters a augmenté à 639 millions d'euros (2021 : 535 millions d'euros), reflétant une augmentation des services et de l'exécution des programmes. Les éléments non récurrents incluent l'impact positif lié aux engagements de retraite comptabilisés au T1. L'EBIT ajusté d'Airbus Defence and Space a diminué à 384 millions d'euros (2021 : 696 millions d'euros), reflétant principalement la perte de valeur liée à la perte de deux satellites Pléiades Neo en décembre et aux retards sur le lanceur Ariane 6, ainsi que l'impact de hausse de l'inflation. Cela a été partiellement compensé par un volume plus élevé dans Military Aircraft, la montée en puissance d'Eurodrone et l'impact positif lié aux engagements de retraite comptabilisés au premier trimestre. Sur le programme A400M, les activités de développement se poursuivent en vue d'atteindre la feuille de route capacitaire révisée. Les activités de rétrofit progressent en étroite collaboration avec le client. En 2022, une mise à jour du contrat « Estimation à Achèvement » a été réalisée et une charge complémentaire de 0,5 Md€ a été constatée. Cela reflète principalement des hypothèses actualisées, y compris l'inflation et les risques liés aux étapes restantes de développement contractuel SOC3 à atteindre. Des risques subsistent sur la qualification des capacités techniques et les coûts associés, sur la fiabilité opérationnelle des aéronefs, sur les réductions de coûts et sur la sécurisation des commandes à l'exportation dans les délais conformément au scénario de référence révisé.


Les dépenses consolidées de R&D autofinancées s'élèvent à 3 079 millions d'euros (2021 : 2 746 millions d'euros). L'EBIT consolidé (publié) s'est élevé à 5 325 millions d'euros (2021 : 5 342 millions d'euros), y compris des ajustements nets de -302 millions d'euros. Ces ajustements comprenaient : +308 millions d'euros liés à l'asymétrie des paiements avant livraison en dollars et à la réévaluation du bilan, dont -41 millions d'euros au T4 ; +28 millions d'euros liés au programme A380, dont -5 millions d'euros au T4 ; -477 millions d'euros liés au programme A400M, dont -258 millions d'euros au T4 ; -82 millions d'euros liés à la transformation Aérostructures en France et en Allemagne, dont -34 millions d'euros au T4 ; -79 millions d'euros d'autres coûts, y compris la conformité, dont -35 millions d'euros au quatrième trimestre. Le résultat financier s'élève à -250 millions d'euros (2021 : -315 millions d'euros). Il reflète principalement le résultat net d'intérêts de € -232 millions. Il comprend également un impact négatif de la réévaluation des instruments financiers et un impact positif de la réévaluation de certains titres de participation. Le résultat net consolidé(3) s'élève à 4 247 millions d'euros (2021 : 4 213 millions d'euros) avec un bénéfice par action publié consolidé de 5,40 € (2021 : 5,36 €). Le cash-flow libre consolidé avant M&A et financement client s'élève à 4 680 millions d'euros (2021 : 3 515 millions d'euros), soutenu par un environnement de change favorable et un fort effet phasing positif du fonds de roulement. Le cash-flow libre consolidé s'élève à 4 324 millions d'euros (2021 : 3 511 millions d'euros). Le dividende 2021 de 1,50 € par action, soit 1,2 milliard d'euros au total, a été versé au deuxième trimestre 2022 tandis que les cotisations de retraite ont totalisé 0,6 milliard d'euros au cours de l'année. La trésorerie brute s'établit à 23,6 milliards d'euros à fin 2022 (fin 2021 : 22,7 milliards d'euros), avec une trésorerie nette consolidée(4) de 9,4 milliards d'euros (fin 2021 : 7,7 milliards d'euros). Le Conseil d'administration proposera le paiement d'un dividende 2022 de 1,80 € par action (2021 : 1,50 € par action) à l'Assemblée Générale 2023 qui se tiendra le 19 avril 2023. La date de paiement proposée est le 27 avril 2023.





Perspectives


Comme base de ses prévisions pour 2023, la Société ne suppose aucune perturbation supplémentaire de l'économie mondiale, du trafic aérien, de la chaîne d'approvisionnement, des opérations internes de la Société et de sa capacité à fournir des produits et services. Les prévisions de la société pour 2023 sont avant les fusions et acquisitions. Sur cette base, la Société vise à atteindre en 2023 environ : 720 livraisons d'avions commerciaux ; EBIT ajusté de 6,0 milliards d'euros ; Free Cash Flow avant M&A et financement clientèle de 3,0 milliards d'euros. La Société a reçu l'approbation de l'initiative Science Based Targets (SBTi) pour ses objectifs à court terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ces objectifs, conformes aux objectifs de l'accord de Paris, sont basés sur la science du climat et couvrent l'ensemble des émissions de la Société. Airbus a l'intention de réduire ses émissions industrielles de Scope 1 et Scope 2 jusqu'à 63 % d'ici 2030, conformément à une trajectoire de 1,5 °C. La Société s'est également engagée à réduire de 46 % l'intensité des émissions de gaz à effet de serre générées par ses avions commerciaux en service (Scope 3 - Utilisation du produit vendu) d'ici 2035.

bottom of page