• Gate 7

Etude SITA : une adoption accélérée des technologies mobiles et sans contact par les passagers

Les passagers adoptent les technologies numériques pour des voyages aériens pratiques et fluides, alors que le secteur du transport aérien continue de digitaliser les étapes du voyage



Paris le 1er Juillet 2022 – L’étude 2022 Passenger IT Insights de SITA, publiée hier, met en évidence une demande croissante pour les voyages d'affaires et de loisirs à la suite de la pandémie, les passagers adoptant de plus en plus les technologies mobiles et sans contact pour rendre leur voyage aussi pratique et fluide que possible. L'enquête révèle une augmentation de l'utilisation d'appareils mobiles par les passagers pour la réservation, à bord de l'avion et pour la récupération des bagages au premier trimestre 2022 par rapport au premier trimestre 2020, tandis que les portes automatisées ont vu leur adoption augmenter pour le contrôle d'identité, l'embarquement et le contrôle des frontières.



Une accélération de la numérisation du transport aérien



Les résultats reflètent clairement l'accélération de la numérisation du transport aérien depuis l'apparition de la pandémie et la volonté des passagers d'adopter les technologies. Cependant, la vérification des documents sanitaires est une difficulté qui a ralenti l'automatisation de bout en bout. Au premier trimestre 2022, malgré une certaine adoption de la technologie à ce stade, plus de la moitié des passagers faisaient encore leurs propres recherches sur les exigences de vérification sanitaires et soumettaient manuellement les documents. L'étude de SITA révèle également une adoption réduite de la technologie dans les premières étapes du voyage (enregistrement, étiquetage et dépôt des bagages) au profit d'un 2 traitement manuel.





L'incertitude quant aux exigences sanitaires et aux règles de voyage a probablement conduit les voyageurs à rechercher davantage d'interaction avec le personnel au début du voyage. L'enquête montre que plus la technologie est présente pendant le voyage, plus les passagers sont heureux. Ce ne sont pas moins de 87 % des passagers interrogés qui éprouvent des sentiments positifs à l'égard du contrôle d'identité, soit 11 % de plus qu'en 2016 ; il en va de même pour 84 % des passagers à propos de la récupération des bagages (en hausse de 9 %). Ce sont également les domaines où l'adoption de la technologie a le plus progressé, en particulier les appareils mobiles et les portiques automatisés, la moitié des passagers recevant désormais aussi des informations en temps réel sur les délais d'attente jusqu'à la récupération de leurs bagages. Interrogés sur le niveau de confiance qu'ils accordent à l'identification biométrique tout au long du voyage, les passagers ont attribué une note moyenne de près de 7,3 sur 10 (10 représentant le niveau de confiance le plus élevé), ce qui reflète très probablement leur souhait de pouvoir voyager plus facilement après la pandémie.


David Lavorel, PDG de SITA, a déclaré : "Il est enthousiasmant de voir la demande reprendre et même dépasser les niveaux pré-pandémiques, non seulement pour les loisirs mais aussi pour les voyages d'affaires. Nous constatons que le voyage passager axé sur la technologie dans son intégralité est en train de devenir une réalité, car la communauté du transport aérien continue de numériser ses processus de voyage et ses opérations industrielles ; un processus qui a été accéléré par la pandémie. Nous constatons également que les passagers adoptent de plus en plus les technologies mobiles et sans contact tout au long du voyage, afin de rendre leur itinéraire aussi pratique et fluide que possible. L'utilisation de technologies de l'information pour aider à conduire et à soutenir la reprise du transport aérien est vitale aujourd'hui, et elle est également essentielle pour le voyage numérique de demain."



Les passagers ont l'intention de prendre d'avantage l'avion à partir de 2023



Alors que la reprise s'accélère, le rapport Passenger IT Insights de SITA indique que les passagers ont l'intention de prendre davantage l'avion à partir de 2023 qu'avant la pandémie, prévoyant une moyenne de 2,93 vols par passager et par an pour les affaires et de 3,90 pour les loisirs. Lorsque les passagers évaluent la possibilité de prendre l'avion ou non, les principaux obstacles sont le prix des billets, les risques sanitaires et les risques géopolitiques. Les passagers tiennent également compte de l’impact environnemental avant de choisir de prendre l'avion. Environ la moitié des passagers apprécieraient que les aéroports et les compagnies aériennes mettent en place de nouvelles solutions technologiques pour soutenir le développement durable (comme le suivi des données sur les performances environnementales des aéroports pour réduire les émissions et l'optimisation des trajectoires de vol pour réduire la consommation de carburant).





En ce qui concerne les aéroports, l’étude SITA montre pour la première fois que l’intérêt des passagers envers les technologies pour accompagner la durabilité des aéroports a dépassé celui pour les infrastructures aéroportuaires vertes depuis le premier trimestre 2020, ce qui présage que tous les yeux sont tournés 3 vers les promesses du numérique pour soutenir des réductions concrètes sur les impacts environnementaux de l'industrie. Presque tous les passagers seraient prêts à payer en moyenne 11 % du prix de leur billet pour compenser les émissions de carbone de leur vol. À la question de savoir si le secteur du transport aérien fait suffisamment d'efforts pour devenir plus durable, plus de la moitié des passagers pensent que non, ou ne savent pas, ce qui suggère que le secteur peut améliorer la communication des initiatives et des actions en matière de durabilité.

166 vues