top of page
  • Photo du rédacteurGate 7

l'IATA prévoit une rentabilité renforcée pour les compagnies en 2023 et une stabilisation pour 2024

Paris le 7 décembre 2013 - L’IATA a annoncé des projections de rentabilité renforcées pour les compagnies aériennes en 2023, qui se stabiliseront ensuite largement en 2024. Toutefois, la rentabilité nette au niveau mondial devrait être bien inférieure au coût du capital au cours des deux années. Des variations régionales très significatives en matière de performance financière subsistent.


Les points saillants de ces projections incluent :


Les bénéfices nets de l’industrie aérienne devraient atteindre 25,7 milliards de dollars en 2024 (marge bénéficiaire nette de 2,7 %). Il s'agira d'une légère amélioration par rapport à 2023, qui devrait générer un bénéfice net de 23,3 milliards de dollars (marge bénéficiaire nette de 2,6 %).


En 2023 comme en 2024, le rendement du capital investi sera inférieur de 4 points de pourcentage au coût du capital, les taux d’intérêt ayant augmenté partout dans le monde en réponse à la forte impulsion inflationniste.


Les bénéfices d’exploitation du secteur aérien devraient atteindre 49,3 milliards de dollars en 2024, contre 40,7 milliards de dollars en 2023. Les revenus totaux en 2024 devraient croître de 7,6 % sur un an pour atteindre un montant record de 964 milliards de dollars.


La croissance des dépenses devrait être légèrement inférieure, à 6,9 %, pour un total de 914 milliards de dollars.


Quelque 4,7 milliards de personnes devraient voyager en 2024, un record historique qui dépasse le niveau pré-pandémique de 4,5 milliards enregistré en 2019.


Les volumes de fret devraient atteindre respectivement 58 et 61 millions de tonnes en 2023 et 2024.


l'IATA prévoit une rentabilité renforcée pour les compagnies en 2023 et une stabilisation pour 2024
Willie Walsh, directeur général de l’IATA.


« Compte tenu des pertes importantes de ces dernières années, le bénéfice net de 25,7 milliards de dollars attendu en 2024 est un hommage à la résilience de l’aviation. Les gens adorent voyager et cela a aidé les compagnies aériennes à revenir aux niveaux de connectivité d’avant la pandémie. La rapidité de la reprise a été extraordinaire ; Pourtant, il semble également que la pandémie ait coûté à l’aviation environ quatre années de croissance. À partir de 2024, les perspectives indiquent que nous pouvons nous attendre à des modèles de croissance plus normaux pour les passagers et le fret », a déclaré Willie Walsh, directeur général de l’IATA.


« Les bénéfices de l’industrie doivent être mis en perspective. Même si la reprise est impressionnante, une marge bénéficiaire nette de 2,7 % est bien inférieure à ce que les investisseurs de presque tous les autres secteurs accepteraient. Bien entendu, de nombreuses compagnies aériennes s’en sortent mieux que cette moyenne, et nombre d’entre elles sont en difficulté. Mais il y a quelque chose à retenir du fait qu’en moyenne les compagnies aériennes ne retiennent que 5,45 dollars pour chaque passager transporté. C’est à peu près suffisant pour acheter un « grande latte » de base dans un Starbucks de Londres. Mais c’est bien trop peu pour bâtir un avenir résilient aux chocs pour une industrie mondiale essentielle dont dépend 3,5 % du PIB et dont 3,05 millions de personnes tirent directement leur subsistance.


Les compagnies aériennes seront toujours en concurrence féroce pour attirer leurs clients, mais elles restent bien trop accablées par une réglementation onéreuse, une fragmentation, des coûts d’infrastructure élevés et une chaîne d’approvisionnement peuplée d’oligopoles », a déclaré Walsh.


l'IATA prévoit une rentabilité renforcée pour les compagnies en 2023 et une stabilisation pour 2024 - source IATA


bottom of page