• Gate 7

Sit back and Relax : Bienvenue à bord du stage «Comment apprivoiser l’avion» d’Air France.

Mis à jour : mars 18

Paris le 17 mars 2021 -


La peur de l’avion est plus répandue qu’on ne le croit et empêche de nombreuses personnes de voyager que ce soit pour leurs loisirs ou pour leur activité professionnelle. La bonne nouvelle est que cette peur peut être surmontée par un stage d’une journée en compagnie d’une équipe de personnel naviguant d’Air France (pilotes, hôtesses et stewards, psychologue et sophrologues).

Gate 7 vous invite à Orly à la découverte de ce programme et à la rencontre des équipes qui l’anime. Attachez vos ceintures !


de gauche à droite : Anick Denel-Zuurdeeg, Paolo Chaves , Eric Adams, Estelle Sanson et Ch.Chouleur au 1er plan


Des participants de tous horizons


Les clients qui suivent ce stage ont des profils très variés indiquent d’un commun accord Caroline Acimovic, psychologue du centre anti-stress et Anick Denel-Zuurdeeg, responsable de ce centre.


On y trouve des hommes et femmes d’affaires, des dirigeants d’entreprise, des étudiants, des enfants, des parents et grands-parents… Ils partagent tous la même envie de dépasser leur peur afin de voyager. « J’ai le souvenir d’une sœur qui devait effectuer une mission humanitaire qui comptait beaucoup pour elle et qui s’est inscrite pour partir » raconte Estelle Sanson, cheffe de cabine qui anime régulièrement le stage.


Certains n’ont jamais pris l’avion, d’autres le prennent quand ils sont obligés avec une appréhension terrible et d’autres ont pris l’avion sans problème pendant des années et ont eu soudainement peur de voler. « Des événements familiaux, comme la naissance d’un enfant peuvent être des éléments déclencheurs d’une peur qu’ils ne ressentaient pas avant » indique Paolo Chaves, steward et sophrologue au sein de l’équipe.


Un entretien individuel avec une psychologue avant le stage


La première étape a lieu avant le stage et prend la forme d’un entretien avec la psychologue.


Cet entretien permet au client de mieux cerner ses peurs. Les clients sont les premiers à reconnaître le caractère irrationnel de leur peur. Il y a deux raisons essentielles à cette peur précise Caroline Acimovic.


La première est la perte de repère liée à l’absence de lien avec le sol et qui renvoie à l’agoraphobie. Pour eux dès que l’avion décolle ils quittent leur base de sécurité. La deuxième raison est le sentiment d’absence de contrôle. On peut également retrouver de la phobie sociale. Les clients ont alors peur que leur peur soit vue par les autres passagers.


L’entretien permet également de démystifier le stress que génère leur peur.


L’échange qui dure un peu moins d’une heure permet de faire le lien avec leur parcours personnel et de les préparer au stage. C’est pourquoi l’entretien aborde le déroulé du stage et les éléments sur lesquels l’équipe va intervenir.


« Je cherche à dégager du sens et à ce qu’un déclic se produise. Il est important de que les participants prennent conscience que l’objectif du stage est d’affronter leur peur et de leur donner une capacité de contrôle sur ce qu’ils peuvent maitriser » indique Caroline Acimovic.


Une mise en situation dans un environnement rassurant

Estelle Sanson , cheffe de cabine

Le jour J l’équipe accueille 3 participants par session ce qui permet d’avoir une dynamique collective tout en ayant une approche individuelle. Le stage s’effectue dans des locaux de la compagnie dédiés aux formations réglementaires plusieurs fois par an des équipages pour le maintien de leurs qualifications.


Tout est fait pour que chacun se sente le mieux possible. Cet environnement bienveillant et attentif permet de faire baisser d’un cran le stress des participants.


La pratique du métier de navigants ainsi que la combinaison unique des profils des intervenants est l’un des atouts majeurs de ce stage. Qui mieux qu’eux peut comprendre les craintes des passagers et y répondre ?



Un programme complet, bien rodé et animé par des professionnels


Le jour J, la session de 7 heures 30 débute par l’accueil des clients par un ou une PNC qui restera tout au long du stage.

Paulo Chaves steward et sophrologue

Le programme commence par une séquence d’initiation à la gestion du stress par un sophrologue. Exercices de respiration, visualisation, conseils etc. l’objectif est de donner aux participants des outils pour maitriser leur stress et éviter de se laisser déborder par celui-ci. « La sophrologie permet de mobiliser leur capacité de contrôle et leurs ressources d’adaptation grâce à des exercices que nous faisons au cours du stage et qu’ils pourront reproduire lors de leur prochain voyage » indique Paulo Chaves.


Cela leur permet également d’aborder plus sereinement la partie en simulateur que beaucoup redoutent et de réduire l’anxiété d’anticipation.


Vient ensuite une partie plus théorique qui permet de découvrir l’environnement aérien et le rôle des personnels de cabine. Cette partie vise à favoriser la compréhension de l’environnement dans lequel les passagers se trouvent lors du vol.

Le ou la PNC explique pendant 45 minutes son rôle et ses actions pendant les différentes phases du vol comme par exemple leur « check-list silencieuse » lors des atterrissages et décollages.


C’est ensuite une initiation à l’aéronautique qui est présentée par un pilote. Celui-ci explique comment vole un avion et répond à toutes les interrogations que peuvent se poser les passagers.


l'un des simulateurs de vol

S’en suit le moment tant attendu, ou tant redouté, qui consiste à passer 1 heure 45 dans un simulateur de poste de pilotage, chacun des 3 stagiairesprenant place dans le siège du copilote à tour de rôle.

Nous leur promettons en 1heure 45 tout qu’ils redoutent le plus plaisante Anick Denel-Zuurdeeg.


Le pilote pratique plusieurs scénarios qui vont du décollage sans histoire à d'autres plus mouvementés (moteur en feu, remise de gaz, décollage par temps de brouillard, fortes turbulences…).


Le réalisme du simulateur, qui reproduit toutes les sensations d’un vol est saisissant. Les bruits, les mouvements, les visuels… tout donne l’impression d’être à bord.

Les explications très factuelles qui montrent comment l’équipage a en toutes situations le contrôle de l’appareil. Il est très intéressant de voir aussi comment les pilotes et PNC interagissent en cas d’incident et s’assurent mutuellement de ce qui se passe dans le cockpit et dans la cabine. Les participants réalisent que rien n’est laissé au hasard et l’équipage est formé et entrainé à faire face. Ce passage important demande beaucoup de pédagogie de la part du pilote en charge qui doit se mettre au niveau des participants.


Eric Adams , commandant de bord sur Boeing 777

« Nous n’adaptons pas le scénario aux clients, qui peuvent avoir tous des craintes différentes. La diversité des scénarios permet à chaque participant de faire le lien avec ce qui provoque sa peur » précise le commandant de bord Boeing 777 Eric Adams qui anime régulièrement ces stages avec une trentaine de collègues.


Nous avons eu très peu d’échecs malgré les craintes que peut causer le simulateur explique Estelle Sanson. J’ai en mémoire, raconte-t-elle, un client membre d’une chorale qui devait voyager à l’étranger dans ce cadre et avait une forte pression de la part des organisateurs. Il est arrivé très stressé en ayant pris des tranquillisants et qui a fait une crise de panique une fois dans le simulateur. J’ai traité ce moment comme je l’aurais fait à bord afin de le ramener au calme en laissant le commandant de bord continuer avec les deux stagiaires.


simulation de décollage dans le brouillard

détail du paneau de contrôle de l'A320

Un suivi pour les stagiaires qui le souhaitent


Après cette séquence un débriefing est fait avec les participants et les animateurs. Il permet à chacun de partager son ressenti et de revenir à la réalité.


A l’issue de cette journée, le stagiaire repart avec des conseils pratiques sous forme d’un fascicule avec une check-list, d’un livre « Comment ne plus avoir peur en avion », des exercices de relaxation, d’un diplôme et bien entendu des félicitations et des encouragements des intervenants. Un certain nombre de participants arrivés en train repartent en avion histoire de mettre tout de suite en pratique leurs acquis. L’équipe reste par ailleurs disponible bien après le stage si le client en a besoin.

Les stagiaires repartent avec un livre et un guide de conseils

« Les retours des participants sont très positifs et nous recevons des cartes postales du monde entier de clients ayant voyagé suite au stage. C’est pour nous la meilleure des récompenses » témoignent tous les animateurs en chœur.


Une chose est sure, les participants sont entre de bonnes mains avec ces équipes professionnelles et attentionnées qui prennent les participants sous leurs ailes.


Ce qu’il faut savoir :


Trouver des informations et s'inscrire au stage :


https://www.airfrance.fr/FR/fr/common/guidevoyageur/pratique/sante_anti_stress.htmet

OPCO https://www.opcoep.fr/


Merci à Caroline Acimovic, Anick Denel-Zuurdeeg, Estelle Sanson, Eric Adams, Paolo Chaves et Cédric Landais pour leur accueil et leur disponibilité.


Christophe Chouleur


©2020 par Gate7. Créé avec Wix.com