• Gate 7

Aéroport de Genève le projet CAP 2030 en 7 questions


Paris le 11 juillet 2022 - Gate 7 s'intéresse au projet CAP 2030 un projet structurant pour l'avenir de l'aéroport de Genève qui implique la rénovation ou la reconstruction du terminal actuel construit en 1968.



1. Quel est l’objectif du projet CAP 2030?


Il y a plusieurs objectifs stratégiques qui sous-tendent le projet CAP 2030. Le premier, sans doute le plus important, concerne l’exploitation du Terminal 1, un équipement déjà ancien puisqu’il date de 1968. A l’horizon 2040, malgré tous les travaux d’aménagements et d’extensions réalisés au cours des décennies passées, ce terminal aura atteint ses limites extrêmes. Il ne sera tout simplement plus exploitable. En effet l’état de vétusté projeté ne sera plus compatible, au niveau sécurité, avec une infrastructure accueillant un grand nombre de personnes et ne sera pas conforme au confort que souhaite offrir Genève Aéroport à ses passagers. Originellement, le terminal a été construit pour une gestion annuelle de 7 millions de passagers… Trop tarder à prendre des mesures pourrait conduire à ne plus pouvoir exploiter le Terminal 1.


L’objectif est donc de rénover ou reconstruire le Terminal 1 afin d’offrir à tous ses usagers, - passagers, commerces, agents des entreprises qui opèrent sur le site - des conditions d’opérabilité, de travail, de sécurité et de confort plus élevées, et une accessibilité encore renforcée. Le nouvel espace aménagé va offrir un espace de circulation en conformité avec les dernières exigences en matière de sécurité, mais aussi améliorer l'expérience client des passagers.





2. Est-ce davantage un projet de rénovation qu’une reconstruction du terminal?


Le projet CAP 2030 est une première étape qui va permettre, à terme, de rénover ou reconstruire le terminal existant. L’objectif de cette extension côté autoroute sur une surface de 45 000 mètres carrés est de déplacer l’activité opérationnelle dans cette nouvelle infrastructure, après 2032. Cette étape menée en parallèle avec la poursuite des opérations permettra par la suite de rénover ou reconstruire le terminal existant.


La décision sur l’option de rénovation ou de reconstruction du terminal construit en 1968 sera prise à l’horizon 2030. Le dimensionnement du terminal prendra aussi en compte le fait qu’aujourd’hui, le Terminal 2 – construit en 1949 - permet d’absorber une partie des pics du trafic passagers lors de périodes soutenues, comme en hiver par exemple. Mais à terme, ce terminal ne sera plus utilisé. Il faut donc anticiper ce report de passagers dans les périodes de pointe.



3. Quels sont les autres objectifs de ce projet?


Dans cette opération, il faut avoir à l’esprit trois problématiques : sécuritaires, environnementales et économiques.

D’abord, le Terminal 2, construit en 1949, qui permet de gérer les pointes de trafic durant la saison d’hiver, ne respectera plus les normes exigées pour son exploitation au-delà de 2023.

Ensuite, l’aménagement d’une nouvelle plateforme multimodale au-dessus de la gare CFF-Genève Aéroport (cf question 7) est un élément essentiel en lien avec la politique d’accès terrestre à l’aéroport de Genève. La fiche PSIA fixe comme objectif une utilisation des transports publics par 58% des passagers et par 44% des employés. Dans le même cadre et en accord avec le canton de Genève, la création de nouvelles places de stationnement a été fortement limitée.

Enfin, une attention particulière est portée aux surfaces commerciales à l’étroit dans un espace limité. Le niveau de rentabilité de ces surfaces (commerces, restaurants, services) qui représentent une part importante des revenus de Genève Aéroport ne pourra être maintenu sans procéder à un agrandissement de ces zones. L’augmentation de surface sera d’environ 40% pour atteindre 11 000 mètres carrés.


4. Depuis quand Genève Aéroport prépare-t-il ce projet?


Les premières études de faisabilité lancées en 2017 se sont achevées en 2019. Cette première étape a permis, face à la complexité de réaliser des travaux tout en maintenant l’exploitation du terminal, de trouver un mode opératoire satisfaisant. En juin 2021, le Conseil d’administration a voté un crédit d’étude de 33 millions de francs pour les projets CAP 2030 et plateforme multimodale. Cette étape a permis de lancer véritablement ces deux projets.


CAP2030 s’inscrit dans le prolongement du projet Cointrin Vision qui ambitionnait déjà de remplacer le Terminal 1. CAP2030 répond cependant à cet objectif avec un projet, moins onéreux et limité aux besoins aéroportuaires.





5. A quelle étape du projet en est-on aujourd’hui?

En septembre 2021, Genève Aéroport a lancé un mandat d’étude parallèle (MEP) afin de mandater une entreprise totale pour concevoir et réaliser cet ouvrage. L’adjudication de l’entreprise totale est planifiée à mi-2023. La réalisation des grands travaux s’échelonnera entre 2025 et 2032.

La réalisation de la plateforme multimodale sur la partie supérieure de la Gare CFF-Genève Aéroport sera la première étape, prévue entre 2025 et 2028. En 2020, Genève Aéroport a signé une Convention d’intention avec les CFF pour en dessiner ses contours.

La réalisation de CAP 2030 interviendra entre 2027 et 2032. L’étape suivante sera alors la rénovation ou la reconstruction du terminal principal.


6. Quel est le coût de ce projet?


La globalité du projet représente 560 millions de francs suisses d’investissement sur la période 2023-2032. Le financement sera assuré sur fonds propres et par émission d’emprunt obligataire et subventions fédérales/cantonales pour la plateforme modale.


7. Comment intégrez-vous les enjeux de la mobilité?

Depuis plusieurs années, un des principaux objectifs stratégiques de Genève Aéroport est l’accroissement continu de l’utilisation des modes de transports publics, doux et partagés par les passagers et les collaborateurs et usagers du site. L’infrastructure doit être adaptée afin d’atteindre l’objectif fixé à 58%, avec une redéfinition complète des espaces des différents modes de transports.

Une plateforme multimodale optimisée au-dessus de la gare CFF- Genève Aéroport sera créée, permettant de déplacer et regrouper toutes les fonctionnalités transport avec une amélioration de la connectivité, de la visibilité, de la sécurité et du confort.

Il y aura une augmentation de la capacité et du confort pour les transports publics, un nouvel aménagement des places de cars, navettes, Taxis + VTC, une amélioration de l’espace Kiss and Fly et un aménagement de la piste cyclable Est-Ouest et de sa connexion avec la ville. Pour les utilisateurs du site et les passagers, la connexion entre bus, trains, véhicules et mobilité douce sera encore plus efficiente. Exemple parmi d’autres : un accès court et aisé entre les quais CFF et CAP2030.

L’aménagement des nouvelles infrastructures respectera les objectifs environnementaux de Genève Aéroport en incluant la gestion énergétique et l'impact environnemental des bâtiment

193 vues