• Gate 7

Etude ACI : L'impact du variant Ominicron sur le transport aérien européen

Bruxelles, le 24 décembre 2021 : L'organisme commercial européen des aéroports, ACI EUROPE, a publié aujourd'hui des données préliminaires sur l'impact du variant Omicron sur le trafic passagers européen, ainsi que son rapport complet sur le trafic aérien pour novembre 2021. IMPACT OMICRON IMMÉDIAT ET IMPORTANT - PERSPECTIVES INCERTAINES Au cours de la période de 3 semaines (semaines 47 à 49) suivant le premier rapport de l'Afrique du Sud à l'OMS du variant Omicron (24 novembre 2021), on estime que le trafic de passagers dans les aéroports européens a baissé de -20%1. Au cours de la même période, on estime que les coefficients de remplissage sur les vols à destination/en provenance des aéroports européens sont passés de 66 % (semaine 46) à 54 % (semaine 49). Cependant, la semaine écoulée (semaine 50), qui correspond au début des fêtes de fin d'année, a vu le trafic passagers augmenter de + 9 % par rapport à la semaine précédente (semaine 49), avec des coefficients d'occupation en reprise 2 points à 56%. Olivier Jankovec, directeur général d'ACI EUROPE, a déclaré : « Il n'est pas surprenant que les interdictions de vols vers l'Afrique australe et les restrictions de voyage inégales imposées par de nombreux gouvernements sur d'autres marchés - y compris en Europe - aient directement affecté les niveaux de trafic au cours des dernières semaines. Les voyages d'affaires ont été les premiers à reculer, suivis désormais des voyages d'agrément étant donné l'extrême incertitude et les perspectives de plus de restrictions sur les voyages et la vie locale. Les données de la semaine dernière montrent que seuls les voyages « Visiter la famille et les proches » résistent en quelque sorte pour le moment, car les Européens ont soif de se réunir et de retrouver leurs proches pour Noël.


L'ACI EUROPE a en outre averti que l'inversion de la dynamique de reprise du trafic passagers au cours des dernières semaines et pour le reste de l'année signifie que 2021 se retrouvera en deçà de sa prévision de -60% de trafic passagers pour le réseau aéroportuaire européen, par rapport à avant volumes pandémiques (2019). Jankovec a ajouté : « Au-delà de la période des fêtes, il ne fait aucun doute qu'Omicron pèsera sur le trafic de passagers au premier trimestre de 2022. Mais la mesure dans laquelle nous devons revoir nos attentes dépendra principalement de la question de savoir si les gouvernements continueront à réactions saccadées ou non. Omicron est en train de devenir la variante dominante à travers l'Europe, ce qui, selon l'ECDC, rend les restrictions de voyage inefficaces du point de vue de la santé publique et très dommageables à la fois économiquement et socialement. »



AMÉLIORATION MARGINALE DU TRAFIC DE PASSAGERS EN NOVEMBRE En novembre, le trafic passagers sur le réseau aéroportuaire européen a encore baissé de -35,2% par rapport à la même période avant la pandémie (2019) - une amélioration marginale par rapport au mois précédent (-36,7% en octobre). Si les aéroports de la zone UE+ ont continué à s'améliorer par rapport aux mois précédents, ils l'ont fait à un rythme assez faible malgré la réouverture du marché transatlantique (-38,1% en novembre contre -41,2% en octobre). Ceci reflète principalement l'impact d'Omicron sur leur performance vers la fin du mois. Parallèlement, les aéroports du reste de l'Europe ont vu leurs performances se dégrader en novembre (-19,0 ​​%), par rapport à octobre (-17,4 %).


HEATHROW DE RETOUR DANS LE TOP 5 L'assouplissement des restrictions de voyage vers l'Amérique du Nord au cours du mois de novembre a clairement profité aux Majors (Top 5 des aéroports européens en 2019), qui ont vu leur trafic passagers baisser de -41,6%, contre -45,6% en octobre. Alors qu'Istanbul (-30,4%) est resté l'aéroport européen le plus fréquenté, Londres-Heathrow (-50,8%) a rejoint le peloton de tête pour la première fois depuis mai 2020, en 5e position. Paris-CDG (-40,8%) arrive deuxième, suivi de Madrid (-35%) et Amsterdam-Schipol

121 vues