top of page
  • Photo du rédacteurGate 7

Interview coté coulisses : A la découverte du trieur bagages en correspondance TBS4 de Paris CDG

Paris le 1er juin 2023 - Gate7 est parti dans les entrailles du terminal S3 de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle à la découverte de l’immense trieur bagage qui traite les bagages en correspondance des compagnies Skyteam. Ses dimensions impressionnantes et la technologie de pointe utilisée en font le système le plus important et l’un des plus performant d’Europe. Il est comparable à ce qui se fait au niveau des plus grands hubs mondiaux tels que Dubaï.


Après la visite de ce lieu caché des voyageurs, Emmanuel Lefevre responsable du projet du TBS4, pour tri bagage satellite 4, a répondu aux questions de Gate7.


Emmanuel Lefevre responsable du projet du TBS4, pour tri bagage satellite 4

Qu’est-ce que le TBS4 ?


C’est un système de tri de bagage destiné à trier et sécuriser les bagages en correspondance de l’alliance Skyteam. Ce trieur a un débit élevé de plusieurs milliers de bagages par heure et permet d’assurer des correspondances courtes, sans rupture de charge et sans erreur, de chargement afin d’optimiser les opérations de l’alliance Skyteam. Il a été mis en service progressivement et est totalement opérationnel depuis un peu plus d’un an. Il a la particularité d’être interfacé avec le TDS3 qui est le système de tri bagage qui sécurise et trie les bagages origine et destination enregistrés au départ des banques de l’est du Terminal 2 E.


Depuis son ouverture il a déjà traité presque 5 millions de bagages. L’ensemble des deux trieurs est hébergé dans un espace en sous-sol des satellites 3 et 4. L’espace dédié au S3 mesure environ 300 mètres de long sur 60 mètres de large et 17 mètres de haut. Les deux systèmes de tri sont capables de traiter 7000 bagages par heure et de monter en pointe à 20000 bagages. Le TBS4 a transporté à lui seul 17000 bagages en pointe dans la journée durant les vacances de Pâques 2023.


L’ensemble TDS3 et TBS4 a la particularité de traiter à la fois des bagages origine et destination et des bagages en correspondance. Sur le circuit le plus long, des banques du 2 au Hall le plus éloigné des porte M le délai d’acheminement est de 30 minutes, soit moitié moins qu’avant la mise en place du système. Pour les bagages en correspondance nous sommes à moins de 30 minutes entre la dépose et la mise en container de départ vers le nouveau vol.






La mise en place de ce système a été l’occasion pour Paris-Aéroports de mettre en place de nombreuses innovations, pouvez-vous nous en citer quelques-unes ?


Nous avons en effet saisi l’occasion de tester un certain nombre de fonctionnalités innovantes. Par exemple, nous avons installé en entrée du système un contrôle de convoyabilité qui permet d’éviter d’introduire dans le trieur des bagages qui pourraient provoquer des aléas qui pourraient le bloquer. Ce système grâce à des instruments optiques et une balance va s’assurer que la forme et le poids du bagage permettent de l’intégrer dans risque dans le système.


Nous avons également mis en place in stockeur alvéolaire qui permet de stocker les bagages de manière unitaire et de les ressortir au moment voulu. Il est utilisé pour les bagages en correspondance longue ou ceux qui sont enregistrés précocement comme la veille pour le lendemain.


Nous utilisons aussi un système de robots autonomes qui convoient les bagages rejetés par les contrôles complémentaires vers le contrôle ultime.


Nous utilisons aussi un système de ré-identification par caméra optique des bagages dont l’étiquette n’est pas reconnue. Ces caméras photographient l’étiquette et, grâce à un algorithme, reconstituent les données. Si cela n’est pas possible, le système envoie alors l’image à un opérateur qui va pouvoir manipuler l’image de manière à la décrypter et router le bagage vers sa destination.





La sureté est un élément capital dans le traitement des bagages. Comment est-elle assurée avec le TBS4 ?


Il faut savoir que 100 % des bagages en soute sont soumis à des contrôles. Tous passent par un contrôle primaire après lequel ils poursuivent leur chemin sauf ceux pour lesquels un doute subsiste et qui sont soumis à un contrôle complémentaire. Après ce deuxième contrôle soit les bagages sont réintégrés dans le flux et poursuivent leur chemin vers leur destination soit ils subissent un contrôle ultime si le doute persiste. Dans le cas où le bagage concerné reste suspect il est retiré du circuit et est détruit par les forces de police.


Ces contrôles sont effectués par des tomographes de dernière génération et des agents spécialisés.


Le trieur suit les bagages à la trace et si l’un d’entre eux venait à être retiré lors de son cheminement le système le détecterait automatiquement. De plus des caméras sont installées tout au long du parcours.


Par ailleurs tous les bagages chargés sont réconciliés avec la liste des passagers et si le passager n’est pas à bord le bagage est retiré des containers.




Comme vous le voyez le niveau de sureté est maximal tout au long du parcours.


Christophe Chouleur pour Gate7

Comentários


bottom of page