top of page
  • Photo du rédacteurGate 7

Passage au standard 3 des aéroports franciliens : un chantier colossal

Paris le 6 mars 2024 - Au niveau européen, la sûreté de l'aviation civile est garantie par la mise en œuvre des normes de base communes. Le règlement d'exécution (UE) 2015/1998 du 5 novembre 2015 fixe notamment des mesures détaillées pour le contrôle des bagages de soute. Il introduit en particulier l'exigence de recourir, dès le contrôle primaire, aux Explosive Detection System de Standard 3 (EDS 3), en français le système de détection d'explosifs standard 3. En conséquence, les aéroports européens ont l'obligation de modifier leurs équipements d'inspection des bagages de soute. Les aéroports Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly ont amorcé la mise en conformité de leurs systèmes de tri bagages en 2019.


EDS 3, de quoi s'agit-il ?


L'EDS 3 est une norme européenne qui régule et certifie les niveaux de détection minimum exigés afin de renforcer la sécurité dans les aéroports. Elle repose sur plusieurs technologies permettant de vérifier minutieusement le contenu des biens des voyageurs.

100% des bagages en soute sont inspectés par des eds3, aux puissantes rayons x, certifiés par des agences gouvernementales.

L’installation du système EDS3 constitue une réelle prouesse d’ingénierie et d’architecture. En effet, toujours en quête de construire mieux et moins, le Groupe ADP a fait le choix d’accueillir ce nouveau système de sécurisation des bagages au sein d’une infrastructure déjà existante à la taille restreinte. L’EDS 3 étant plus volumineux que l’EDS2, il a fallu repenser l’espace disponible afin qu’il puisse y être aménagé de manière optimale.



EDS3 : Un Chantier colossal pour les aéroports parisiens
les aéroports européens ont l'obligation de modifier leurs équipements d'inspection des bagages de soute.



La mise en conformité au standard 3 en chiffres

· 6 années de travaux

Les travaux de mise en conformité des tri-bagages des aéroports franciliens ont débuté en 2019 et prendront fin en 2025.

· 20 projets de passage en standard 3


La mise aux normes standard 3 du système de contrôle des bagages en soute concerne 20 projets : 6 projets à Paris -Orly et 14 projets à Paris-Charles de Gaulle.


En parallèle, la création d'un réseau de multiplexage de l'ensemble des EDS3 de CDG est en cours afin de permettre la mutualisation des opérateurs chargés d'analyser les alertes et les images générées par ces équipements.


· 16 projets livrés

Seulement 3 projets de migration Standard 3 sont encore en cours à l'aéroport Paris-Charles de Gaulle et 1 à Paris -Orly. Le dernier sera livré en juillet 2025 au Terminal 2A de CDG.


· 102 installations réalisées :


83 systèmes EDS3 installés à l'aéroport Paris-Charles De Gaulle


19 systèmes EDS3 installés à l'aéroport Paris-Orly

· Un projet aux nombreux partenaires


Pour pouvoir mettre en place ce projet de grande envergure, les diverses entités du Groupe ADP impliquées ont collaboré avec de nombreuses entreprises : Rapiscan, HTDS, Leidos, Visiom, Smiths, Alfyma, Alstef, Beumer, Daifuku, Leonardo, SDEL, Siemens… et leurs sous-traitants




Passage au standard 3 des aéroports franciliens / Groupe ADP / Gate7

2 Comments


iniace
Mar 06

Article incompréhensible et n’expliquant pas l’incidence de ces technologies pour le passager…


S’agissant des bagages de cabine, quand ADP va-t-il s’équiper de matériel évitant le retrait des bagages des ordinateurs et liquides? Comme c’est de plus en plus le cas dans de nombreux aéroports…


C’est surtout cela qui intéresse le lecteur !


Honnêtement on apprend strictement rien… et on y comprend rien..

Like
Gate 7
Gate 7
Mar 06
Replying to

Vous confondez deux sujets : le sytème de tri bagages et celui du poste inspection filtrage. L'article traite de la mise aux normes de sureté européennes des systèmes bagages des aéroports franciliens

La technologie que vous évoquez concernant les liquides est en test ( obligatoires) à Orly et CDG et sera mise en place des qu'elel sera approuvée par les autorités compétentes . Gate 7 assume de publier des articles techniques destinés aux professionnels de l'aérien qui représentent 40 % de son électorat aux cotés d'un public plus généraliste intéressé par le secteur.

Like
bottom of page