• Gate 7

Le point sur l'actualité de Korean Air avec Ludovic Froidure directeur commercial Europe de l'Ouest.

Paris le 23 juin 2022 : Alors que Korean Air renoue avec une liaison quotidienne entre Paris et Seoul, Gate 7 a rencontré Ludovic Froidure Directeur Commercial Europe de l’Ouest pour évoquer la reprise et l’actualité de la compagnie.



Comment se passe la reprise pour Korean Air ?


Korean Air a été très tôt et très durement touchée par la pandémie. Avant celle ci, Korean Air était la première compagnie étrangère en Chine et opérait 24 lignes entre la Chine et Corée. Elles ont été arrêtées brutalement avant que la quasi-totalité des lignes internationales soient à leur tour suspendues. Nous avons ainsi perdu 95 % de nos vols passagers.


Avant la pandémie nous desservions 13 villes européennes soit une centaine de vols entre Séoul et l’Europe et au pire de la crise nous sommes descendus à quatre vols hebdomadaires.


Heureusement notre département cargo, qui a toujours été important pour Korean Air, a pris en parti le relais. En complément de notre flotte de 23 avions tout Cargo (777/747), seize avions passagers ont été transformés en avions cargo pour nous permettre de rester profitable. Nos avions passagers ont pu, par exemple, transporter vers la France des masques et des respirateurs qui venaient d’Asie.


Durant toute cette période Korean Air a été en pointe sur la mise place de mesures sanitaires ce qui nous a valu d’obtenir 5 étoiles au COVID Safety Rating de Skytrax.


La reprise est maintenant forte et, pour répondre à la demande, nous augmentons le nombre de vols sur la ligne Paris-Séoul avec une 5ème fréquence par semaine depuis le 12 juin. Nous passerons à un vol quotidien entre Paris et Séoul à partir du 1er juillet en B777 de 277 sièges.


Cette reprise progressive concerne également nos autres escales en Europe dont Londres, Francfort et Amsterdam avec une augmentation graduée des fréquences. Vienne et Milan rouvrent en juillet et Barcelone, Rome en septembre. Petit à petit les vols montent en capacité. Malheureusement, le conflit en Ukraine impose un détour d’une heure et demi très couteux en kérosène. Cette situation pénalise nos Airbus A380 que nous n’opérons plus sur l’Europe pour des raisons économiques. Ils volent cependant sur Los Angeles et sur Hong Kong.


Nous avons l'avantage de gérer en propre notre maintenance et nos simulateurs de vols ce qui nous permet d’être réactifs et de faire repartir la flotte au fur et à mesure de l'évolution du marché.


Le nouveau Président Coréen Mr YOON au pouvoir depuis le 9 mai a pris la décision de rouvrir le pays en allégeant mesures au 1er juillet avec la fin de la limite du maximum de 50% des vols internationaux opérés en 2019 . La relance est forte et notre taux de remplissage est très satisfaisant. Après une longue séparation de nombreuses familles ont hâte de se retrouver. La clientèle loisirs est la première à revenir même si la clientèle business commence également à repartir. Cela n’est d’ailleurs pas sans poser problème car nous utilisons des avions dont la cabine business est plus réduite que sur nos Airbus A380.


Notre appartenance à l'alliance Skyteam et la coopération avec Air France KLM nous permet d’offrir plus de possibilités de correspondance et de services à nos passagers.



Ludovic Froidure directeur commercial Europe de l'Ouest de Korean Air
Ludovic Froidure directeur commercial Europe de l'Ouest de Korean Air


Quelles conséquences a eu la pandémie sur l’organisation de Korean Air ?


Les difficultés nous ont conduit à nous restructurer afin de réduire nos coûts, notamment à Paris, qui était notre siège européen désormais fermé. Par ailleurs l’acquisition d’Asiana Airlines l'autre compagnie coréenne annoncé en Novembre 2020, va de fait, entrainer des changements. C’est un dossier complexe sur lequel nous avons engagé des discussions juridiques longues avec les différentes autorités de tutelle antitrust qui avancent bien. A terme, la marque Asiana Airlines disparaitra au profit de Korean Air. La compagnie sera alors en mesure de proposer encore plus de destinations et de fréquences à ses clients Skyteam. Grace à un redéploiement de la flotte, de meilleures connexions et une plus grande force de frappe commerciale Korean Air se trouvera dans une position renforcée.


Quel produit trouve-t-on à bord des avions de Korean Air ?


Entre Paris et Séoul, nous exploitons des Boeing 777-300 équipés de la dernière génération de cabines, avec pour la cabine business un aménagement des sièges en quinconce. Nos 777-300 sont configurés avec 277 sièges (50 sièges affaires / 227 sièges économie) et offrent tout le confort attendu sur un voyage longue distance de plus de 11 heures.


Quelles sont aujourd’hui les restrictions de voyage vers la Corée du sud ?

Le gouvernement de la Corée du Sud a allégé les mesures sanitaires pour l’entrée sur le territoire de tous les voyageurs, qu’ils soient ou non vaccinés, levant notamment toute obligation de quarantaine et tous les types de visas sont de nouveau délivrés.


Les voyageurs internationaux enregistrent le résultat négatif de leur test antigénique ou PCR en s’inscrivant sur le portail en ligne « Q-CODE » 48 heures avant le départ. Le QR Code ainsi obtenu est présenté en toute fluidité à l’arrivée à l’aéroport en Corée.


Le conflit Ukrainien entraine des surcouts cela a-t-il un impact sur les prix des billets ?


Le conflit Ukrainien a un impact sur les prix du kérosène et sur l’allongement de la durée des vols qui nécessitent la présence d’un pilote supplémentaire. Ces facteurs entrainent des surcouts importants pour la compagnie. Nous avons pour l’instant augmenté le coût de la surcharge carburant de 20 euros ce qui ne traduit pas le coût réel des charges d’exploitations.


Nous accompagnons nos clients avec une promotion qui dure jusqu’au 8 juillet avec un tarif à 912 euros en classe Economy pour des vols compris entre le 1er septembre 2022 au 31 décembre 2022.


Quelle est la proportion de Coréens et d’autres nationalités sur vols de Korean Air ?


Les passagers Coréens représentent environ les trois quarts de nos passagers. Cela peut être parfois plus élevé notamment lors périodes de fête nationales en Corée du Sud.


Il y a eu par le passé des vols charters directs entre Séoul et Marseille, ces vols vont-ils reprendre ?


En effet nous avons assurés ces vols charter en juin et septembre vers Marseille depuis 2017. Ils n’étaient commercialisés qu’en Corée et permettaient à des touristes qui connaissaient déjà Paris de découvrir la Provence et la Cote d’Azur dans le cadre de voyages organisés. Notre priorité cette année est avant tout de rétablir nos opérations régulières aussi, si ces vols reprennent, ce sera plutôt pour 2023. Toutefois nous opérerons quelques vols charters à destination d’Athènes à la rentrée. Nous constatons que les Coréens voyagent moins en groupe qu’auparavant et que la population qui voyage rajeunit.



Comment se présentent les réservations pour la rentrée ?


Il y a un appétit de voyage très fort pour cet été mais il est aujourd’hui difficile d’anticiper pour les mois suivants. Cette difficulté est liée aux habitudes de voyage des Coréens qui réservent souvent en dernière minute, sauf pour les groupes, mais aussi parce que les clients ont du mal à se positionner sur le plus long terme. Les éventuels risques de reprise du COVID mais aussi les craintes liées l’inflation galopante retardent leur prise de décision.


propos recueillis par Christophe Chouleur pour Gate7












339 vues