• Gate 7

La campagne d'essais en vols virtuels et les essais en laboratoire ouvrent la voie au1er vol A321XLR

Paris le 1juin 2022 -Les phases de construction et d'installation des équipements des trois avions d'essais en vol A321XLR touchent à leur fin au FAL de Hambourg avant que le premier d'entre eux - MSN11000 - ne soit remis à l'équipe d'essais en vol dans un avenir très proche. En parallèle, des campagnes d'essais au sol battent leur plein sur différents sites d'Airbus pour préparer le lancement des programmes d'essais en vol et de certification. L'une d'entre elles est la campagne de "premier vol virtuel" (VFF) - dont l'objectif général est d'autoriser les nouveaux systèmes de l'avion, les lois de contrôle de vol et l'équipage de conduite à commencer les essais en vol. Cette partie du développement de l'A321XLR s'articule autour d'un simulateur de développement dédié et d'un laboratoire d'essais avionique colocalisé à Toulouse



Campagne virtuelle d'essais en vol

Contrairement à un simulateur de vol complet qui se déplace sur des vérins hydrauliques, le simulateur de développement est fixé au sol. En plus des commandes et des écrans réels du pilote, il existe également des stations de travail dédiées derrière lui qui présentent les mêmes écrans et interfaces utilisateur que les ingénieurs d'essais en vol (FTE) utiliseront pour surveiller le vol et ajuster les paramètres de test dans l'avion réel. À côté de l'entrée du simulateur de développement se trouve une grande salle de laboratoire d'essais en vol virtuel remplie de nombreux racks contenant de vrais modules avioniques - qui sont identiques à ceux actuellement installés dans les baies avioniques des trois avions d'essais en vol A321XLR. De plus, ces modules peuvent être connectés directement au simulateur et être virtuellement pilotés et évalués par les pilotes d'essai d'Airbus tout en étant surveillés par leurs collègues FTE. Relier l'avionique du laboratoire directement au simulateur permet aux pilotes d'essais techniques de valider les lois modifiées du système de commande de vol de l'A321XLR, dans des conditions spécifiques, comme lors d'arrondis ou lors de vols à grande vitesse. Ils sont également en mesure d'évaluer et d'affiner la manière dont l'avion réagirait aux perturbations externes généralement rencontrées lors d'un vol normal. Vincent Claudel, Integrated Product Team Leader Lab & Flight Tests, commente : « La campagne d'essais en vol virtuels qui a débuté en mars se terminera par une « répétition » ou un essai de premier vol virtuel (VFF). Pour cet exercice, tout le personnel navigant, composé des pilotes d'essai, du mécanicien navigant d'essai et des mécaniciens d'essais en vol, déjà affecté au premier vol, sera installé dans le simulateur où il exécutera toutes les phases qu'il se produira par la suite dans l'avion réel.


Vincent ajoute : « Les phases qu'ils vont répéter lors du dry-run VFF incluent par exemple la mise sous tension électrique et moteur, le roulage, le décollage, la montée, l'ouverture du domaine de vol, jusqu'à l'atterrissage, le roulage retour, et éteindre à nouveau. En fait, ils feront tout ce qu'ils feront dans le vrai vol, et exactement dans le même ordre.



Essais d'intégration fonctionnelle du système de commandes de vol

Afin de valider les calculateurs de commandes de vol afin qu'ils puissent ensuite être intégrés au simulateur principal, les modules avioniques sont d'abord testés et affinés par des ingénieurs spécialisés dans un laboratoire voisin à l'aide de «Controller and Guidance Integration Benches» (CGIB).


Avant que les modules avioniques puissent être connectés au simulateur, ils subissent des tests opérationnels d'intégration pour les valider au niveau du système afin de s'assurer du bon comportement des lois de commande de vol de l'avion qu'ils régissent », note Vincent.



Banc d'essai au sol partiel "iron-bird" pour le nouveau eRudder du VTP

Le simulateur peut également être directement connecté et contrôler le matériel physique de l'avion, tel que les gouvernes à commande hydraulique sur un banc d'essai. Sur un programme totalement nouveau, comme l'A350, ce banc d'essai a été qualifié d'« oiseau de fer ». Cependant, comme l'A321XLR est un développement de l'A321neo, il suffisait de fournir simplement un banc d'essai physique représentant uniquement la section de queue - en particulier l'empennage vertical (VTP). Il s'agit de faciliter les tests au sol d'une nouvelle architecture "eRudder" qui est introduite dans tous les membres de la famille A320.

249 vues